lundi 23 juillet 2012

A Sea Symphony, Philharmonia Orchestra

Three Choirs Festival 2012 – Hereford Cathedral, UK

Ouverture Calm sea and prosperous voyage – Felix Mendelssohn

Rivers to the Sea – Joseph Phibbs

A Sea Symphony – Ralph Vaughan Williams


Philharmonia Orchestra
Festival Chorus
Adrian Partington, direction
Ailish Tynan, soprano
Owen Gilhooly, baryton

J’ai entendu pour la première fois la Sea Symphony presque par hasard en 2008, dans la Cathédrale de Worcester. Son interprétation avait été précédée de la remise par la Ralph Vaughan Williams Society d’un Lifetime Achievement Award à Sir David Willcocks. Le chef d’orchestre, remerciant l’association pour l’honneur qui lui était fait, en vint vite à parler de l’oeuvre que nous allions écouter et qu’il avait souvent dirigée. Imaginant qu’il y avait dans le public des gens qui allaient entendre pour la première fois les notes d’ouverture de la symphonie, il nous déclara envier leur chance. Ce petit homme de près de 90 ans dont les yeux brillaient en nous disant ces mots restera attaché dans ma mémoire à la Sea Symphony. Je faisais partie des néophytes de cette soirée et fus conquis par l’oeuvre.

Quatre années plus tard, le bonheur fut renouvelé à Hereford. La soirée était sous le thème de la mer, avec en première partie l’ouverture de Mendelssohn Mer calme et heureux voyage, suivie d’une oeuvre contemporaine de Joseph Phibbs, enveloppante et apaisante, nous préparant en seconde partie à la fameuse Symphonie « Maritime ».
Les premières notes sonnèrent fulgurantes, rejointes par le choeur en tension, puis s’enchainèrent orages et accalmies portés par le Philharmonia Orchestra et Adrian Partington. On imagine volontiers les deux solistes irlandais avoir grandi au bord de rivages battus par les mers… Ailish Tynan explosive et Owen Gilhooly solitaire, tout deux gardant une parfaite maitrise de leur voix pendant la tempête…

Vous l’aurez compris, cette musique inspire de multiples images et divagations, et il ne faudrait pas en oublier le texte de Walt Whitman qu’elle porte majestueusement.
A surveiller donc les prochaines et trop rares représentations de la Sea Symphony.
Enregistrer un commentaire