vendredi 9 mai 2014

Rigoletto

Bayerische Staatsoper, Munich

Rigoletto, Giuseppe Verdi


Bayerisches Staatsorchester
Chor der Bayerischen Staatsoper
Marco Armiliato, direction
Arpad Schilling, mise en scène
Le duc de Mantoue, Joseph Calleja
Rigoletto, Franco Vassallo
Gilda, Erin Morley
Sparafucile, Rafal Siwek
Monterone, Rafal Siwek
Maddalena, Oksana Volkova
Giovanna, Oksana Volkova
Marullo, Thomas Florio
Borsa Matteo, Dean Power
Le compte de Ceprano, Christian Rieger
La comtesse de Ceprano, Maria Celeng
Un valet, Goran Juric
Le page de la duchesse, Julia Stein

https://www.staatsoper.de/staatsoper/stueckinfo/rigoletto/2014-05-09-19-00.html?tx_sfstaatsoper_pi1[fromSpielplan]=1&tx_sfstaatsoper_pi1[pageId]=352&cHash=a429d07e7e9f47b5e0edcd1e6204804b

Rigoletto fait partie des opéras les plus célèbres de Verdi. Il forme avec Le Trouvère et La Traviata la "Trilogie populaire". Ces 3 opéras composés entre 1851 et 1853 allient grands airs entrés dans la mémoire collective et figures humaines poignantes.

Si depuis longtemps j'étais tombé sous le charme de La Traviata, Rigoletto m'était encore étranger. Une représentation à l'Opéra Bastille en 1996 ne me l'avait pas révélé, sans doute un soir où mon esprit était occupé par d'autres pensées que l'histoire de Gilda et son père.

Et ce fut finalement cette soirée au Bayerische Staatsoper de Munich qui me le fit découvrir. D'excellents chanteurs portés par une mise en scène sobre, claire et efficace, y exprimaient la noirceur du destin et la complexité des sentiments. En Gilda, Erin Morley est magnifique, amoureuse aveugle et fille aimante aspirant à vivre sa vie librement, jusqu'à la mort. Et Rigoletto, père sévère et maladroit, qui sera le jouet de puissants cyniques, est interprété avec conviction par Franco Vassallo.

Un bon moment donc cette représentation de Rigoletto, tempéré par la le sentiment d'injustice et de révolte avec lequel on repart devant un destin aussi implacable et funeste.