vendredi 6 février 2015

Ariadne auf Naxos

Opéra Bastille, Paris

Ariadne auf Naxos - Richard Strauss


Orchestre de l'Opéra National de Paris
Michael Schonwandt, direction
Laurent Pelly, mise en scène
Der Haushofmeister - le majordome, Franz Grundheber
Der Musiklehrer - le maître de musique, Martin Gantner
Der Komponist - le compositeur, Sophie Koch
Der Tenor - le ténor - Bacchus, Klaus-Florian Vogt
Der Tanzmeister - le maître de ballet, Dietmar Kerschbaum
Der Perückenmacher - le perruquier, Piotr Kumon
Ein Offizier - un officier, Kevin Amiel
Ein Lakai - un laquais, Ugo Rabec
Zerbinetta - Zerbinette, Daniela Fally
Prima donna - Ariadne - Ariane, Karita Mattila
Naïade, Olga Seliverstova
Dryade, Agata Schmidt
Echo, Ruzan Mantashyan
Harlekin - Arlequin, Edwin Crossley-Mercer
Scaramuccio - Scaramouche, Oleksiv Palchikov
Truffaldino, Andriv Gnatiuk
Brighella, Cyrille Dubois

http://www.memopera.fr/FicheSpect.cfm?SpeCode=ARIA&SpeNum=10398

Encore Ariane ? Eh oui quand on aime on ne compte pas... Une 2e représentation qui confirme la précédente, une oeuvre superbe et une interprétation exceptionnelle.
L'occasion aussi d'observer ces références réussies aux filles du Rhin et au réveil de Brunnhilde, et d'admirer à nouveau avec quel génie les musiques s'entrelacent et les histoires s'entremêlent.
Dans Ariane à Naxos, la mise en abyme n'est pas nombriliste, l'exercice de style parle aux sens autant qu'à l'esprit.


dimanche 1 février 2015

Die Entführung aus dem Serail

Palais Garnier, Paris

Die Entführung aus dem Serail - Wolfgang Amadeus Mozart


Orchestre et choeur de l'Opéra National de Paris
Marius Stieghorz, direction
Zabou Breitman, mise en scène
Selim, Erol Sander
Konstanze, Lisette Oropesa
Blonde, Sofia Fomina
Belmonte, Frédéric Antoun
Pedrillo, Michael Laurenz
Osmin, Maurizio Muraro
Quatuor vocal, Irina Kopylova, Caroline Petit, Hyoung-Min Oh, Chae-Wook Lim

http://www.memopera.fr/FicheSpect.cfm?SpeCode=ENS&SpeNum=40214

Une actrice met en scène une oeuvre mal connue de Mozart dans une grande maison d'opéra.
Un metteur en scène de cinéma monte l'autre opéra en allemand de Mozart a Paris.
Zabou Breitman inscénise l'enlèvement au sérail au Palais Garnier.

Et c'est réussi.

Le livret de Johann Gottlieb Stephanie est étonnamment actuel, on y constate que le monde arabe héberge le mal comme le bien et que la libération de la femme a commencé avant 1968.

Une mention spéciale à Blonde qui nous passe des messages de liberté toujours actuels.

Les chanteurs jouent, les acteurs chantent, nulle envie de les comparer, juger, isoler. La réussite de ce spectacle est qu'ils font corps avec l'histoire, portés par une mise en scène d'une extrême lisibilité. Ils incarnent leurs personnages et l'on aurait envie de huer l'affreux Osmin !
Décidément une bonne année à l'Opéra de Paris. La saison prochaine s'annonce également riche, avec encore plus de grands noms sous la houlette de Stéphane Lissner, mais n'oublions pas que de petits noms a l'unisson font aussi des merveilles, cet enlèvement le prouve.